• Je me noie dans l'Aphrodisiaque

    Je me noie dans l'Aphrodisiaque

     

    Ma mère me narra qu’un jour,

    Aphrodite qui s’ennuyait

    Créa un fleuve de l’amour,

    Pensant qu’un homme y nagerait.

     

    Elle y versa en plus de l’eau

    Un poison vif et dont l’attaque

    Cause l’amour, brûle la peau.

    On le nomma Aphrodisiaque.

     

    Mais de peur de voir ses guerriers

    S’affaiblir, portés par l’amour,

    Arès, pour le dissimuler,

    L’enfouit dans la région sans jour.

     

    Et moi, en ce soir de souffrance

    Je plonge dans l’Aphrodisiaque

    Je me noie dans sa décadence

    Et son parfum Dionysiaque.

     

    Je me sens consumée d’amour,

    En mon sang coule le poison,

    Viendra le point du non-retour,

    Le fleuve aspire ma raison.

     

    En cette nuit sombre, sans lune,

    Aphrodite maudit Arès,

    Pleurant, criant son infortune,

    Au bord du fleuve qu’il délaisse…

     

    De ses larmes, me dit ma mère,

    Naquit le démon détesté.

    Eros jaillit de la rivière,

    Enfant à jamais rejeté.

     

    Et depuis, cette nuit des temps,

    C’est ce petit ange engendré

    Qui fait naître les sentiments.

    De l’amour, il est le sorcier.

     

    Et moi, en ce soir de souffrance

    Je plonge dans l’Aphrodisiaque

    Je me noie dans sa décadence

    Et son parfum Dionysiaque.

     

    Je me sens consumée d’amour,

    En mon sang coule le poison,

    Viendra le point du non-retour,

    Le fleuve aspire ma raison.

    Nyx


    Mot de l'auteur: Je sais, je sais... Ce n'est pas du tout la mythologie grecque. Aucun texte ne fait mention de cela et pourtant, il en existe des versions différentes de la naissance d'Eros. Mais je me suis permise de la réinveter à ma guise. J'espère que vous me pardonnerez cette liberté. Je me suis néanmoins inspirée de la vision de Socrate de ce cher Eros, vision que vous retrouverez dans "le banquet" de Platon dans le discours de Socrate qui raconte lui-même le discours de Diotime, présentant Eros comme un petit démon va nu pied et intermédiaire entre les hommes et les Dieux.

     


  • Commentaires

    1
    Jeudi 10 Novembre 2011 à 21:35

    eh bien j'aime ta vision de sa naissance ^^

    2
    Samedi 12 Novembre 2011 à 21:53

    Et bien merci :D! Ah la base, j'avais pas du tout l'intention de raconter la naissance, d'Eros en plus et c'est toujours pas vraiment l'interêt premier du poème mais c'est venu et ça tient une place quand même! ;)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :