• Sonnet d'une musique disparue

    Sonnet d'une musique disparue

    31 mois et ton image ne me quitte pas

    Notre temps n’était que musique :

    On dessinait des dos, des sols,

    Des dièses, des jolis bémols

    Au gré des partitions magiques.

     

    On égarait parfois le mi.

    C’était une octave plus bas

    Qu’on le trouvait avec le la

    Et les croches battaient la vie.

     

    Mais un jour, tout s’est arrêté :

    Dans nos rythmes, quelques trochées

    Ont introduit des faussetés,

     

    Les notes ont fui la portée,

    Et j’ai même perdu la clef 

    Sur laquelle il fallait jouer.

    Nyx

     

    Note de l’auteur : quelques mois de retard dans ces poèmes du 15. Pourtant il ne se passe pas un jour sans que j’y pense. Bonne semaine à tous !


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :